«

»

Oct 18

Imprimer ce Article

15 octobre ou le temps mosaïque

© Tom Giebel, Occupy Wall Street

Cette fin de semaine, mon conjoint et moi sommes allés passer une petite heure au Square Victoria où se déroule cette belle manifestation bigarrée et pacifique « Occupons Montréal ». L’atmosphère était à la fête, il y avait quelques centaines de personnes, jeunes et vieux, hommes et femmes, de tous les horizons politiques, partageant leur indignation face à la rapacité et aux dérèglements de la finance mondiale.

Ceci m’amène à vous parler du rapport au temps le plus puissant qui soit: le temps mosaïque. Nous avons l’habitude d’employer l’image de la mosaïque pour parler de la communauté humaine, dont chaque morceau représenterait chacun et chacune de nous, employés à tenir sa place, donner sa couleur, dans le grand «nous» collectif.

La même image peut s’appliquer au temps de la communauté. Ce temps-là est d’une grande puissance et c’est probablement pour cela qu’on ne tient pas à nous en faire trop prendre conscience. Car il fait littéralement éclater nos heures individuelles, leur donnant une force inouïe et donc menaçante pour l’ordre établi.

Imaginez: je suis allée une heure faire acte de présence pour dire, moi aussi , que la situation actuelle m’indigne. Ma petite heure s’est multipliée par 1000, le nombre estimé de personnes qui sont  allées au Square Victoria cette journée-là. Elle s’est fondue dans le grand tout des villes du Québec, puis du Canada. Elle est allée dire aux occupants de Wall Street que je les appuyais. Elle s’est unie à la grogne des pays européens où elle a été encore plus énergique qu’ici…

Elle a fait tout cela, ma petite heure. Par quel chiffre s’est-elle multipliée? Jusqu’à quel coin de la terre a-t-elle voyagé? Voilà toute la démesure du temps mosaïque…

Les théoriciens de la gestion du temps nous parlent de «zone d’influence». Ils recommandent de nous fixer des objectifs concrets c’est-à-dire de consacrer nos heures à des buts dont nous pourrons voir les résultats. Ce pragmatisme coupe les ailes de l’espérance… Il nous enfonce dans un cynisme de mauvais aloi. Il nous empêche de rêver. Dites-moi, à quoi d’autres j’aurais pu la consacrer, ma petite heure, pour qu’elle atteigne cette puissance?

La faiblesse du temps mosaïque, c’est que l’action faite, vue d’une manière individuelle, a très souvent l’air dérisoire.  Rincer ma bouteille de plastique avant de la mettre au recyclage, éviter d’acheter cet objet que l’on sait venir d’un pays qui a la réputation d’exploiter ses travailleurs et travailleuses, voter… Tout cela semble si dérisoire, fragile, inutile, si on ne sait pas lever les yeux pour contempler la mosaïque!

Si nous avions davantage conscience de la force du temps mosaïque, nous changerions le monde, nous les 99%…

Lien Permanent pour cet article : http://christinelemaire.com/2011/10/18/15-octobre-ou-le-temps-mosaique/

1 ping

  1. Voter, par tous les temps |

    […] parce que beaucoup seront retenus, ce soir, devant leur téléviseur. Elle sera longue grâce au temps mosaïque. Elle pourrait bien atteindre 7 200 024 heures! Il ne s’agirait que d’avoir un taux de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>