«

»

Déc 13

Imprimer ce Article

La lumière et les yeux pour la voir

sainte Odile ©Renardeau

Le calendrier rituel est rempli de sagesse. Bien sûr, il faut s’outiller d’un bon plumeau afin de dépoussiérer certaines images, mais le travail en vaut la peine.

Avec la Sainte-Catherine, nous avons eu notre dernière fête de fin d’année. Nous sommes à la toute fin du cycle. Et aussi doucement et lentement que ces fêtes de bilan se sont succédées, un autre cycle commence. Aujourd’hui, nous nous tournons vers ce point d’où nous espérons que surgira la Lumière. Nous nous installons, bien orientés, dans l’attente.

Cette lumière, qui éclatera au solstice d’hiver et à Noël, elle ne s’installe donc pas d’un coup. Au cœur des jours les plus sombres, elle ne fait que s’annoncer; c’est l’espoir…

13 décembre: deux figures de lumière

D’abord Lucie, chrétienne de Syracuse en Sicile au IVe siècle. Beaucoup de légendes sont associées à son personnage; je ne m’attarderai pas sur les plus sanglantes. Je vous présente la plus lumineuse. Lucie était chrétienne mais on ne l’avait pas encore dénoncée aux autorités romaines qui les pourchassaient. Elle allait donc, toutes les nuits, porter de la nourriture aux chrétiens de sa ville qui se cachaient dans les catacombes. Comme elle avait les mains pleines, elle s’était confectionnée une sorte de chapeau paré de bougies qu’elle allumait pour lui permettre d’avancer dans le noir. Cette Italienne est surtout fêtée en Scandinavie où les jours sont si sombres quand vient l’hiver.

La deuxième, c’est Odile, née aveugle, au VIIe siècle, alors que le roi son père attendait un héritier mâle. Elle aurait échappé de justesse à la mort car, devant les pleurs de sa mère, le père irascible accepte de l’envoyer dans un couvent. Là-bas, elle recouvre miraculeusement la vue, le jour de son baptême. Odile est vénérée par les gens d’Alsace où on peut visiter l’abbaye Hohenbourg, qu’elle a fondée et dont elle a été l’abbesse, sur le mont Sainte-Odile.

Vous voyez les signes ténus que la lumière n’est plus bien loin? Lucia veut dire Lumière et le symbole de la sainte est une bougie*.  Odile signifie Soleil de Dieu et son symbole est un coq annonçant le point du jour.

Nous, gens modernes, scandons nos actions, nous les faisons se succéder nettement et en accéléré. Nous tranchons nos journées en cases horaires. Les fêtes du calendrier rituel, elles, se soumettent au rythme des saisons où rien ne se termine aussi nettement, où un cycle commence imperceptiblement tandis qu’un autre s’éteint doucement.

Et nous sommes ainsi faits. Il est tentant, évidemment, de faire table rase et de « recommencer à neuf », au jour nouveau, à la nouvelle année. Mais, si nous restons attentifs à ce que nous sommes, à nos cycles intimes, nous y distinguerons le début et la fin,  la noirceur et la lumière, la mort et la vie, entremêlés.

 

*L’iconographie chrétienne la représente avec ses deux yeux dans un plateau, faisant référence à une des légendes sanglantes que je ne vous ai pas racontée!

 

Lectures complémentaires: Dire merci d’abord, Les fêtes de la nuit, La Sainte Catherine.

Lien Permanent pour cet article : http://christinelemaire.com/2011/12/13/la-lumiere-et-les-yeux-pour-la-voir/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>