«

»

Sep 18

Imprimer ce Article

Hommage à Stephen Covey (1932-2012)

Stephen Covey

Le 16 juillet dernier, s’éteignait un des plus importants théoriciens de la gestion du temps: Stephen Covey. Il s’était d’abord fait connaître grâce à son livre Sept habitudes des gens efficaces, publié pour la première fois en 1989.

Pour ma part, la lecture de son ouvrage Priorité aux priorités (First things first, 1994), écrit en collaboration avec Roger et Rebecca Merrill, a été déterminante.

L’expérience et l’expertise de Stephen Covey proviennent du monde des affaires et c’est sans doute pour cela qu’il n’a jamais totalement quitté le terrain de la productivité, de l’efficacité et de la performance. Le temps demeure une ressource qu’il ne faut pas gaspiller, même s’ il lui parait évident qu’elle ne se gère pas.

Covey nomme sa méthode : « Quadrant II organizing », faisant référence à la matrice de Eisenhower et à ses quatre quadrants : (I) urgent et important, (II) important mais non urgent, (III) urgent et non important et (IV) non urgent et non important.

L’objectif est de réussir à concentrer la plus grande partie de notre temps sur ce qui est important (le quadrant II). Ainsi, en cessant de gaspiller notre temps à faire les activités des quadrants III et IV, nous arriverons à récupérer le temps nécessaire pour réaliser ce qui nous importe le plus dans la vie. De plus, en consacrant plus de temps à l’important, nous travaillerons à réduire le nombre d’activités du quadrant I, puisque si les activités importantes sont réalisées dans le temps requis, elles n’auront jamais la possibilité de devenir urgentes.

Par ailleurs, Stephen Covey a toujours tenu à mettre la vie des individus bien au dessus de leur vie dans l’entreprise. Pour lui, l’autonomie est au cœur d’une démarche de réflexion sur le temps. Pas question d’adhérer aveuglément à la mission d’une entreprise; il faut avoir la nôtre.

De plus, selon Covey, si nos valeurs ne sont pas en phase avec les grands principes spirituels qui ont toujours régi le monde, nous n’arriverons jamais à vivre une vie satisfaisante. Quatre grandes forces peuvent nous permettre de nous aligner sur ces grands principes : la conscience, la connaissance de soi, la volonté indépendante et la créativité.

Enfin, selon l’auteur, l’être humain manifeste quatre types de besoins: vivre, apprendre, aimer et transmettre. Ceux-ci doivent être satisfaits et, surtout, mis en équilibre, si on veut atteindre une certaine qualité de vie.

Steven Covey est mort à 80 ans … des suites d’un accident de vélo. Je suis convaincue que sa méthode a largement contribué à la qualité de vie que les circonstances de sa mort révèlent. Nous voudrions tous et toutes pouvoir pédaler à 80 ans!

Par ailleurs, Steven Covey aurait sans doute été d’accord avec la dernière leçon que j’en tire: nous n’avons pas le contrôle total sur notre vie. Il est certain qu’en la prenant en main, nous pouvons arriver à des résultats extrêmement satisfaisants…

Mais le point final ne vient jamais de nous.

 

Lien Permanent pour cet article : http://christinelemaire.com/2012/09/18/hommage-a-stephen-covey-1932-2012/

(3 commentaires)

1 ping

  1. Lise Gauvreau

    Bonjour Christine,
    J’aimerais beaucoup publier ce texte dans le prochain bulletin du GSVQ. Me le permets-tu? Évidemment, j’indiquerais qu’il a paru sur ton blogue.
    Au plaisir.

  2. Monique Hamelin

    Merci pour ce rappel de cette grille… Elle aide à ajuster les priorités et faire que nous sentions que nous avançons quand quelque chose est complété.

    Je salue également ce personnage, Stephen Covey, car il est rare dans une entreprise de promouvoir de telles valeurs, soit mettre la vie des individus bien au dessus de leur vie dans l’entreprise. J’ai croisé dans ma vie de travailleuse, deux personnes qui sous certains aspects adhéraient à cela et ce n’était pas la culture de l’entreprise, c’était les priorités qu’elles mettaient de l’avant. Je pense que notre groupe, et l’entreprise y gagnait par le climat qui régnait alors. Par ailleurs, sous d’autres aspects, c’étaient des bourreaux du travail et de la productivité… Rien n’est parfait en ce monde.

  3. Céline

    R.I.P. Steven Covey !

  1. Le Quadrant 3 ou La déception |

    […] n’est pas moi qui le dit, mais Stephen Covey lui-même : le quadrant 3 de la matrice d’Eisenhower – urgent mais non important – est celui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>