«

»

Mar 04

Imprimer ce Article

L’ingérable fibromyalgie

L'éternelle douleur CC Sara Emry

L’éternelle douleur
CC Sara Emry

Pour Lynda D.

Dans La Surchauffe de nos agendas, j’ai consacré plusieurs pages à l’analyse de la dépression comme un phénomène de résistance du corps au rythme échevelé que nous lui faisons subir. Voici une autre maladie qui semble en rébellion contre les mauvais traitements que nous imposons à notre temps: la fibromyalgie.

Fatigue, douleur, insomnie, anxiété, voilà les effets de cette maladie encore mal connue. Selon un article français trouvé sur le Web, « les femmes en sont les premières victimes, aux alentours de la quarantaine : vies agitées, contraignantes, horaires dingues, elles sont malmenées et les signes qu’elles présentent devraient en principe alerter au moins l’entourage ». Cela m’a tout l’air d’une surchauffe qu’on ne réussit pas à désamorcer.

Je connais cette maladie de près : ma cousine en souffre depuis bientôt cinq ans. Nous avons eu nos diagnostics presque en même temps : moi, pour le cancer du sein, elle pour la fibromyalgie. Et, alors que j’ai repris ma route, elle, se bat quotidiennement contre la douleur et le manque chronique d’énergie.

Ma cousine était infirmière (elle l’est encore, dans sa tête et dans son cœur). Une « vraie », comme elle le dit avec fierté, c’est-à-dire de celles qui mettent le soin de leurs patients avant la rédaction des rapports. Elle s’est mise au travers du système hospitalier, comme sur cette photo où l’on voit un homme seul devant un tank, sur la place Tienanmen. Le tank l’a mise en pièces.

Chaque jour, elle réapprend à vivre autrement. Elle apprend le « non-faire ». Elle apprend à se réconcilier avec un rythme super lent. Pour qui a couru une grande partie de sa vie, un rythme lent est toujours un rythme super lent.

Selon l’auteure de l’article, « la fibromyalgie a tendance à reculer avec les années. Pourquoi ? Tout simplement parce que le temps contribue à régler les problèmes ». On apprend à la dure à accepter et à respecter ses limites, et à être plus bienveillant envers soi-même. Suite à un très long apprivoisement, le corps arrive à moins se méfier de nos exigences : il relâche peu à peu sa vigilance, résiste moins au simple quotidien. Tout cela se fait dans un temps long.

Voyez : rythme lent, temps long. Toute chose que nous ne savons plus vivre dans le temps postmoderne. Et l’auteure de conclure : « Dans une société où le dépassement de soi est devenu l’objet unique de toutes nos ambitions, aller contre est déjà un défi. »

L’auteure parle de « gérer l’ingérable ». Peut-être faudrait-il simplement gérer moins pour vivre mieux? Comme la dépression, la fibromyalgie déjoue quotidiennement toute tentative de contrôle. Elle fait sauter le carcan de la gestion : planifier, décider, organiser et contrôler, voilà les mots qu’elle remet en question. Les mots qu’elle refuse et qu’elle rend dérisoires.

Reste alors au malade à en découvrir d’autres : bienveillance, acceptation, limite, soin.

Et courage.

 

Lien Permanent pour cet article : http://christinelemaire.com/2014/03/04/lingerable-fibromyalgie/

(2 commentaires)

  1. Soeur Claire, a.p.s.

    Chère Christine,

    J’en apprends sur les effets douloureux qui pèsent sur notre chère Lynda. Beaucoup d’autres personnes
    touchées par cette maladie profiteront sûrement de tes informations.

    La bonne nouvelle est que « la fibromyalgie a tendance à reculer avec les années p.c.q. le temps contribue
    à régler les problèmes ».

    Alors « gérons moins pour vivre mieux ». À chaque jour suffit sa peine… Pour ma part je me sens à l’aise dans cette manière de vivre.

    Merci de m’en convaincre davantage !

    Soeur Claire, a.p.s.

  2. Lynda Durocher

    Allô Christine !
    Merci pour cet article si juste . Jade me l`a imprimé alors je peux le lire et le relire .

    Tu as vu juste oui ….. assez juste pour me faire pleurer ! On dirait que tu es dans ma tête !

    De plus, on dirait que j`ai eu un certain regain d` énergie . Il en sort du positif aussi .

    C`est un travail quotidien de vivre avec la fibromyalgie ; on ne doit pas la laisser nous contrôler .

    On change certaines choses et hop on peut voir le résultat . Ça c`est encourageant . Lynda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>