«

»

Avr 15

Imprimer ce Article

Au cœur du temps

Louise Vandière Prendre le temps de vivre

Louise Vandière
Prendre le temps de vivre

« C’est par notre libération intérieure que nous nous libérerons de l’étreinte étouffante du temps, et non l’inverse. » (Michel-Maxime Egger)

En cette période où la vie jaillit, où la terre embaume, où tout craque sous la poussée énergique du printemps, notre temps, lui, se remplit d’activités de toutes sortes : nettoyage du parterre, promenades à vélo, rendez-vous sur les terrasses, conversation avec un voisin qu’on a peu vu au cours des derniers mois. La fin de l’hiver nous donne l’impression de sortir du bagne. Le printemps nous remet littéralement sur pieds.

C’est le symbole de Pâques : une rupture d’équilibre, un bouleversement, une libération intérieure. Pour éviter que l’effervescence printanière devienne agitation futile et affairement, il est bon de se rappeler qu’être libre, ce n’est pas courir. C’est, avant tout, se tenir debout, redressé – ce qui est le sens du mot résurrection.

L’œuvre que vous voyez ci-joint est de Louise Vandière. L’artiste a récupéré une vieille horloge coucou et l’a transformée en maison. C’est une belle image et c’est ce que nous avons de mieux à faire dans la vie : habiter le temps. Être debout en son cœur plutôt qu’écroulé sous le poids du faire.

Habiter le temps avec notre corps, nos gestes quotidiens, et en prendre soin comme nous prenons soin de notre maison. Être intimement lié à lui, de telle sorte que nos projets ne soient pas les seuls à porter notre essence, à manifester notre présence au monde. De telle sorte que la vie elle-même, le seul fait de vivre ici et maintenant, suffise à remplir à ras bord notre conscience.

Habiter le temps en se rappelant quelles sont les valeurs qui nous remettent sur pieds et qui tiennent lieu de colonne à notre agir – afin de les re-connaître dans chaque domaine de notre vie.  Ce printemps, pour ma part, j’ai ajouté des adverbes à ce qui, depuis plusieurs années, constitue ma mission. Les voici : harmonieusement, simplement, sereinement et joyeusement.

Harmonieusement. Observer et comprendre cet équilibre dynamique que forment mes agirs, afin de m’assurer que tout reste fluide et fécond. Chercher la cohérence, soigner avec intelligence et  bienveillance.

Simplement. Rester honnête envers les autres et moi-même. Respecter les personnes, leurs émotions et leurs idées, leurs limites aussi. Choisir, parce que je ne peux pas tout faire.

Sereinement. Accepter ce qui est. Faire confiance en la force de la vie et du bien, en l’Âme du monde. Me faire confiance à moi aussi, ça serait bien. Avec les autres, être séparée et en lien, car la fusion n’aide personne, seule l’autonomie permet la relation.

Joyeusement. Savourer la joie de mes élans. Goûter la joie de créer : un texte, un arrangement de fleurs, un plat. Vivre la joie des rencontres, l’ecclésia, les agapes.

Voilà vers quoi je tends, comment je veux habiter mon temps, être en son cœur, toucher son âme même.

Bon printemps et Joyeuses Pâques!

 

Lien Permanent pour cet article : http://christinelemaire.com/2014/04/15/au-coeur-du-temps/

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Soeur Claire, a.p.s.

    Oui, chère Christine, « harmonieusement, simplement, sereinement et joyeusement habiter le temps » !

    Surtout en ce joyeux temps de Pâques et savourer ce bel anniversaire du 16 avril !

    1. Christine Lemaire

      Merci beaucoup, chère tante! Christine

  2. Monique Hamelin

    Je rentre du théâtre, j’étais là avec une amie et nous discutions justement du temps… Le temps qui nous happe, le temps qui nous manque pour faire tout ce qu’on aimerait faire, le temps qui ne nous permet pas de respirer, d’intégrer, d’habiter pleinement chacune des activités que nous avons à l’agenda. Nous échangions sur comment se délester de certaines choses qui soit sont moins importantes pour nous, soit ne sont plus une priorité. Alléger l’agenda… Mais c’est aussi que se dessine de nouvelles priorités, il faut dégager du temps pour l’engagement politique. En 2015, il va y avoir des élections et pour un meilleur projet de société, pour lutter contre le réchauffement climatique, pour redonner une place au processus démocratique, il faut s’assurer que le gouvernement en place ne sera pas réélu… Donc, établissant de nouvelles priorités, je me dois de dégager du temps qui je l’espère me permettra de le vivre dans l’harmonie, la simplicité, la sérénité et la joie. Merci pour m’aider à clarifier mon programme.

    1. Christine Lemaire

      Oui, dans le domaine de la vie citoyenne, cela fait partie des « essentiels » évidents et qui s’imposent dans nos agendas!

  3. Lise Durocher

    Tu m’as sûrement aidée à prendre conscience du fait que je vis,depuis quelques printemps,une étape importante, valorisante, libératoire de tout une vie.
    Cette étape, prend tout mon temps ,toutes mes attentions et je pense que je l’habite en assumant mes responsabilités avec bienveillance et la tendresse comme citée dans le dictionnaire « La tendresse est le repos de la passion » Joubert).
    Dans ma vie passée ,j’ai donné la vie, j’ai vécu plusieurs grands moments , plusieurs étapes importantes,
    Mais cette fois ci , au début de mon expérience, j’ai choisi de vivre mon temps de manière sereine, aidante,
    en facilitant notre quotidien.
    Je pense qu’ainsi, je ménage mon énergie, je soulage ses difficultés et je me sens satisfaite de vivre.

  4. Christine Lemaire

    Merci pour cette belle réflexion! Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>